Délégationde Maine-et-Loire

Ensemble, nous avons le pouvoir d’agir

Temps fort du 2 juin 2018 à Cholet

Le point culminant de ce temps fort du 2 juin vécu par les acteurs du Secours Catholique de Maine-et-Loire à la salle des fêtes de Cholet a été la proclamation du projet de délégation 2018-2023, qui visualise ce que nous souhaiterions pour 2023 : « Ensemble, nous avons le pouvoir d’agir ». Le travail de la délégation de Maine-et-Loire sur ce projet a démarré en janvier 2017, en lien avec le projet associatif et le projet national du Secours Catholique. Il a été réalisé avec le concours de toutes les équipes.

publié en septembre 2018

Le projet de délégation 2018-2023 du Secours Catholique de Maine-et-Loire comporte 3 priorités :

1. L’accès aux droits est effectif pour tous

Lors du temps de travail sur les colères et les rêves, il a été confirmé qu’aujourd’hui, beaucoup de personnes en situation de précarité expérimentent une vraie difficulté pour satisfaire leurs besoins fondamentaux (alimentation, logement, éducation, emploi, santé, spiritualité…), pour connaître et faire valoir leurs droits (compte bancaire, accès à internet…). Il convient par exemple de casser la boucle infernale qui conduit à ce que l’on ne peut avoir de travail sans papiers, sans voiture, que l’on n’a pas de papiers ou de voiture parce que l’on n’a pas de ressources et pas de ressources car pas de travail…

L’accès aux droits passera en premier lieu par une meilleure articulation entre le terrain et la délégation. Il impliquera spécialement les équipes d’accueil, les accueils d’urgence, les équipes « migrants », les cours de français, les actions enfance et familles, l’accompagnement à l’emploi, le soutien aux projets d’insertion, les expérimentations telles que « Territoires zéro chômeur de longue durée », l’accès à la scolarité pour les jeunes MNA (mineurs non accompagnés), les tournées de rue…

2. Acteurs, nous le sommes

Qui va faire tout cela ? Chacun d’entre nous. Chacun a sa place et doit être reconnu avec ses faiblesses et difficultés, mais aussi avec ses richesses, ses talents. Les personnes que nous accueillons peuvent être actrices, s’investir chacune à la hauteur de ses possibilités et progresser. Cependant elles sont en attente de méthodes, de coup de pouce pour les aider à entrer dans une relation plus ouverte avec les personnes, pour se sentir plus à l’aise, contribuer au débat, à la prise de décision. Cela passe par la formation, des temps de relecture…

3. La fraternité nous la vivons

Nous voulons construire un monde plus juste et fraternel. Il faut commencer par le vivre dans nos équipes, notre organisation, nos activités… Si nous savons créer un climat de chaleur et d’amitié au sein de nos équipes, nous écouter, prendre soin les uns des autres, alors nous donnerons envie à d’autres de nous rejoindre et cela rayonnera sur les personnes que nous accueillons.

Ce projet, c’est notre destination, pour y parvenir nous devons disposer d’une organisation interne cohérente, disposant de différents niveaux de pilotage, mais qui contribue aussi à des prises de décision ensemble au travers d’un conseil d’animation représentatif des territoires et des acteurs. Il convient également de structurer la vie des territoires, notamment par la mise en place d’une équipe d’animation autour de l’animateur ou de l’animatrice de chaque territoire.

Ce temps fort du samedi 2 juin à la salle des fêtes de Cholet a fait l’objet d’un reportage sur la Télévision locale du Choletais (journal du 5 juin 2018, à 5’02’’) :

http://www.tlc-cholet.com/video-273...

Imprimer cette page

Faites un don en ligne