Visuel principal de l’article
Contenu national
Actualité nationale
Thème
Vacances
Commune
Maine-et-Loire

Une journée avec Camélia et Inès en famille de vacances

Paragraphes de contenu
Ancre
0
Texte

Pour les vacances, Camélia et Inès, deux jeunes filles originaires de Roubaix (Nord) ont passé du temps en Vendée, l'été dernier, dans deux familles engagées dans l'accueil familial de vacances avec le Secours Catholique. Reportage.

 

8H30

Chez elle, à Aizenay, à 15 mn de La Roche-sur-Yon, Maylis, 13 ans, bavarde avec sa toute nouvelle amie, Camélia, 12 ans. Cette dernière est en vacances dans la famille de Maylis pour trois semaines dans le cadre de l’Accueil familial de vacances (AFV) du Secours Catholique.

Pendant ce temps, à Hucheloup, lieu-dit près des Herbiers, toujours en Vendée mais à une cinquantaine de kilomètres d’Aizenay, Marie-Annick, 75 ans, cueille des haricots dans son potager, tandis qu’Inès, 11 ans, elle aussi en vacances avec l’AFV, émerge doucement de son sommeil. Hier soir, Marie-Annick l’a autorisée à regarder un film à la télévision et elle s’est couchée un peu plus tard que d'habitude.

Inès, comme Camélia, vit à Roubaix, dans le Nord, le reste de l’année. Comme Camélia, Inès vient en vacances en Vendée depuis plusieurs années. Quatre ans plus tôt, à 7 ans, elle est arrivée pour la première fois chez Marie-Annick, célibataire, qui avait décidé, à la mort de ses parents dont elle s’était occupée jusqu’au bout, d’offrir quelques semaines de vacances à des enfants sans moyens. Inès considère Marie-Annick comme une de ses grand-mères et adore vivre avec elle. « Elle me fait tellement rire, s’exclame Inès en parlant de son hôtesse. Je vois mal comment je pourrais ne plus venir. »

Ancre
0
Image
Ancre
0
Texte

10H

Maylis et Camélia, qui viennent de terminer leur petit-déjeuner sur la terrasse, passent une laisse à chacune des deux chiennes de la maison et partent se promener dans la campagne alentour. Elles ont toujours quelque chose à se raconter. Camélia expose à Maylis son projet d’avenir. « J’adore l’odeur du bois, j’aime m’imaginer entourée de copeaux de bois. Mon rêve serait de devenir menuisière, d’entrer chez les Compagnons du devoir, faire le tour de France, puis un stage à l’étranger et apprendre toutes les manières de travailler le bois. » De son côté, Maylis dit qu’elle sera médecin plus tard.

11H

Inès a laissé Marie-Annick à son potager et va chez leur ami, le fermier voisin. Il s’appelle Florent, grand-père sexagénaire qui l’a invitée à monter son poney. Une habitude qu’Inès a prise l’année précédente et qu’elle renouvelle autant qu’elle peut. Florent est bénévole à la halte de nuit du Secours Catholique des Herbiers. Il n’aime rien moins qu’aider et faire plaisir. Inès sur le poney et Florent aux rênes, les voilà partis vers le château de Boistissandeau, à un kilomètre de la ferme de Florent.

Ancre
0
Image
Ancre
0
Texte

12H30

À Aizenay, les filles ont mis le couvert. Nicolas et Laetitia, les parents de Maylis, s'attablent à leurs côtés, ainsi que Théau, le grand frère. On évoque le dimanche passé, la fête de famille pour célébrer les 94 ans du père de Nicolas, et où Camélia s’est sentie faire partie de la famille. Puis la conversation dévie sur le Festival de Poupet où Nicolas est bénévole et où il a emmené toute sa famille pour assister au spectacle de Clou, Boulevard des Airs et Vianney. Les filles ont pris un selfie avec Boulevard des Airs, un souvenir impérissable.

Chez Marie-Annick, Inès est rentrée enchantée de sa cavalcade. Après s’être lavé les mains, elle a mis le couvert tandis que Marie-Annick recouvre la table de différents plats de saison car « nous attendons une invitée : Irène, Madame AFV de Vendée, qui vient voir si tout se passe bien », annonce Marie-Annick. 

15H

Il fait trop chaud pour se promener. Après une partie de Monopoly où Maylis a eu plus de chance que Camélia, les adolescentes décident de plonger dans le jacuzzi de la cour. « Nous allons aussi au lac d’Apremont, mentionne Maylis. Seule je n’irai jamais mais avec Camélia j’aime y aller et j’ose m’y baigner. » Pour Camélia, « ce séjour m’apporte le calme. Je vis tout le reste de l’année dans le bruit de la ville. Ici, je me repose vraiment. Je me sens vivre. Je sors de la routine et des habitudes. »

Ancre
0
Image
Ancre
0
Texte

18H

A Hucheloup, c’est le moment de la journée que préfère Inès. Le soleil se fait moins fort en passant derrière de grands arbres qui plongent dans l’ombre les près et la basse-cour. Inès a pour mission de donner à boire et à manger aux lapins.

« Que j’aime les caresser ! » dit-t-elle en prenant dans ses bras des lapereaux. « Je fais aussi rentrer les moutons dans leur étable pour la nuit. Et puis je vérifie si les poules n’ont pas pondu dans la paille de la grange, ou ailleurs. » Marie-Annick n’est jamais très loin qui s’amuse à voir Inès jouer à la fermière. Une petite fermière qui a encore du mal à goûter aux fruits fraîchement cueillis, comme les noisettes ou les prunes. « Son goût n’est pas encore formé mais il s’améliore d’année en année », estime sa grande amie.

Ancre
0
Image
Ancre
0
Texte

« Les familles de vacances qui franchissent le pas s'en félicitent »

Irène Mousseau, responsable des Accueils familiaux de vacances à La-Roche-sur-Yon
« Cela fait 15 ans que je m’occupe des Accueils familiaux de vacances (AFV) du Secours Catholique de Vendée. À La Roche-sur-Yon, nous sommes en lien avec plusieurs délégations du Secours Catholique, notamment celle du Nord et avec les Cités Caritas à Paris. Nous proposons des familles d’accueil. Elles nous envoient des enfants.
L'été, dernier nous avons accueilli 31 enfants. L’appel aux familles d’accueil se fait beaucoup par le bouche-à-oreille, des familles qui racontent leur expérience à d’autres. Les familles d’accueil ont souvent des enfants du même âge que les enfants accueillis. Il y a aussi de jeunes retraités. Les familles qui décident d’accueillir disent souvent qu’elles y pensaient depuis longtemps.
Finalement, elles franchissent le pas et elles s’en félicitent. Les enfants qu’elles accueillent deviennent souvent un de leurs membres. Ils s’appellent, s’invitent aux mariages, se souviennent toujours des moments passés ensemble. Les AFV ont ouvert le monde à beaucoup d’enfants en leur faisant découvrir des contextes, des modes de vie et de pensée différents de leurs quotidiens. »
Auteur et crédits
Jacques Duffaut Photos : © Victorine Alisse / Secours Catholique